Все документы темы  
Рубрики Рубрика: Рубрики


23 août 1939 : le pacte infâme


Жан Пьер Руа (Jean-Pierre Rioux)

Le 23 août 1939, la signature du pacte germano-soviétique stupéfia et accabla le monde. La guerre, désormais, était inévitable puisque Staline s’alliait à Hitler. Les totalitarismes brun et rouge fraternisaient. Le cynisme pavoisait. Les peuples n’avaient plus qu’à subir et mourir pour le bénéfice des dictateurs. Ce fut, nous dit l’historien Ian Kershaw, «la plus infâme manoeuvre diplomatique de l’histoire» (1).

Hitler voulait l’épreuve de force avec le «judéo-bolchévisme» et son bastion soviétique, pour assurer au Reich un «espace vital» et des ressources matérielles illimités. Quelques jours avant le pacte, il confiait encore à un commissaire suisse de la Société des Nations, Carl Burckhardt : «Tout ce que j’entreprends est dirigé contre la Russie. Si à l’Ouest on est trop bête et trop aveugle pour le comprendre, je serai contraint de trouver une entente avec les Russes pour battre l’Ouest ; puis, après sa défaite, je retournerai toutes mes forces concertées contre l’Union soviétique.»

À l’été 1939, il pensa donc que la Grande-Bretagne et la France céderaient encore lorsqu’il attaquerait la Pologne, comme elles avaient cédé par deux fois, en septembre 1938, à Munich, et encore en mars 1939, lorsqu’il avait avalé leur alliée, la Tchécoslovaquie. L’heure de rayer la Pologne de la carte avait donc sonné. À une condition : neutraliser temporairement l’URSS. Ce que fit son ministre des Affaires étrangères, Ribbentrop, qui peaufina le coup avec Molotov, son homologue soviétique.

Staline reçut donc, dès le 19 août, la promesse que le Reich reprendrait ses ventes d’armes à l’URSS, en échange de livraisons de matières premières. Les compères, par un protocole secret du pacte, se partagèrent encore la Pologne, et Staline reçut le droit d’occuper les Républiques baltes (mais non la Finlande) pour protéger sa frontière occidentale.

L’homme du Kremlin, lui, avait compris que la sécurité collective en Europe était morte, que la guerre d’Espagne avait servi de répétition générale, et que l’Armée rouge ne se remettait pas des purges sanglantes qui avaient décimé ses chefs. Et, surtout, que les démocraties occidentales ne soutenaient plus leurs alliés. «Des escrocs et des tricheurs», concluait Molotov au printemps 1939, lorsque Britanniques et Français écartèrent la proposition soviétique de signer un pacte d’assistance mutuelle.

Dès lors, Staline chercha à gagner du temps : «Grâce à ce traité, dira-t-il, nous serions plus longtemps épargnés par la guerre. Nous devrions pouvoir rester neutres et économiser nos forces.» L’Armée rouge sera prête, croyait-il, à la fin de 1942. C’était le moment choisi par Hitler pour attaquer l’URSS, après avoir vaincu à l’Ouest. Chacun croyant pouvoir endormir l’autre, les deux sinistres, qui avaient passé tant d’années à «se verser des seaux de m... sur la tête», comme disait élégamment Staline, firent donc copain-copain.

Ils eurent tout faux et leur cynisme criminel s’est retourné contre eux. Car la Grande-Bretagne et la France ont réagi à l’invasion de la Pologne et ont fait la guerre. La défaite de la France, en mai 1940, a fait croire un moment à Staline qu’Hitler «maintenant, allait certainement nous défoncer la cervelle», mais les Britanniques ont tenu bon. Si bien qu’Hitler a envahi l’URSS, au printemps 1941, sans avoir assuré son front ouest, et que Staline n’a pas voulu croire que son allié de 1939 puisse le trahir si prématurément.

(1) Choix fatidiques. Dix décisionsqui ont changé le monde, 1940/1941 (Le Seuil).

(*)Historien.

Воспроизводится по: http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-23-aout-1939-le-pacte-infame-_3632-1040441_actu.HtmТеги: Пакт Молотова - Риббентропа, Публикации в СМИ (журналы, газеты)

Библиотека Энциклопедия Проекты Исторические галереи
Алфавитный каталог Тематический каталог Энциклопедии и словари Новое в библиотеке Наши рекомендации Журнальный зал Атласы
Политическая история исламского мира Военная история России Русская философия Российский архив Лекционный зал Карты и атласы Русская фотография Историческая иллюстрация
О проекте Использование материалов сайта Помощь Контакты Сообщить об ошибке
Проект «РУНИВЕРС» реализуется
при поддержке компании Транснефть.